Olivier Levasseur dit La Buse (~ 1690 - 1730)

Olivier Levasseur dit La Buse est un pirate du XVIIIème siècle, né dans les années 1690 à Calais. Cependant aucun document officiel venant étayer cette hypothèse, certains disent qu'il serait originaire de l'île de la Tortue , célèbre capitale régionale de la flibuste du XVIIème siècle. C'est avec son père, flibustier, qui lui apprend la navigation à bord de La Reine des Indes ("Indian Queen"). A la mort de son père il en pris le commandement et navigue vers les Caraïbes. Photo en noire et blanc de Olivier Levasseur

La rencontre de Black Sam

En 1716, Olivier Levasseur fait la rencontre de Samuel Bellamy dit Black Sam, et de Benjamin Hornigold dont Edward Teach, célèbre Blackbeard (Barbe Noire en Français), fut son second et à la tête d'une des plus grande flotte pirate des caraïbes. Lorsque Woodes Rogers devient gouverneur royal des Bahamas en 1718, Hornigold demande et obtient un pardon royal et deviendra chasseur de pirates. C'est à cette époque que Samuel Bellamy, dit Black Sam, et La Buse se sépare de Hornigold et fuient les eaux des Caraïbes devenue trop dangereuses. Ils navigueront ensuite dans le Golf de Guinée aux cotés de Thomas Cocklyn et Howell Davis.
On retrouvera par la suite des traces d'Olivier Levasseur dans l'archipel des Mascareignes à Mayotte, où il aurait fait naufrage et perd la Reines des Indes après avoir été chassé par deux vaisseaux de guerre. C'est alors que le pirate John Taylor lui propose de faire équipe avec lui et lui confie le commandement du Victory armé de 36 canons et de 200 hommes d'équipage. Taylor quant à lui prend le commandement du Fantaisie armé de 38 canons et compte 280 hommes d'équipage. Après s'être séparé du capitaine England, ancien commandant de Taylor, à Lisle de France (l'île Maurice actuelle) les deux pirates mirent le cap vers l'île Bourbon (La Réunion actuelle) et atteignent la rade de saint Denis le 20 avril 1721.

La Vierge du Cap

Photo d'une maquette de la Vierge du Cap Au même moment, le navire La vierge du Cap ( Nostra Senhora do Cabo en portugais), navire amiral de la Marine Portugaise de 800 tonneaux et de 72 cannons fait escale à Bourbon pour être réparé après avoir subi de lourds dommages lors d'un cyclone. Le 26 avril 1921 les pirates La buse et Taylors s'empare de La Vierge du Cap avec dans ses cales un butin inestimable : rivières de diamants, bijoux, perles, barres d'or et d'argent, meubles, tissus , vases sacrés et cassettes de pierres précieuses, et la crosse d'or de GOA constellée de rubis pesant une centaine de kilos, le tout évalué à 4,5 milliards d'euros. Après cette prise, La Buse le remorque jusqu'à la baie de Saint Paul pour le remettre en état, brûle Le Victory et rebaptise le Nostra Senhora do Cabo, Le Victorieux.
Le 30 avril La Buse et Taylord attaquent et prennent la Ville D'Ostende en rade de Saint Paul puis reprennent le large vers l'île Saint Marie à Madagascar. Après la prise d'un vaisseau de ravitaillement des Mascareignes en vivre et en esclaves La Buse et Taylor décident de se séparer. Taylor prend la direction de Porto Bello (Panama) où une promesse d'amnistie l'attend, et La Buse se retirent dans la baye d'Antongil sur la côte Est de Madagascar.

Pendu haut et court !

Le 23 décembre 1724, le conseil de l'île Bourbon promet une amnistie aux pirates. L'équipage d'Olivier Levasseur accepte et se rend sur l’île, restitue les vases sacrés, mais ne peut se résoudre à rendre le butin de span La Vierge du Cap, condition de l'amnistie.
Il se cachera dans la baye d'Antongil jusqu'en 1729 où il sera reconnut alors qu'il offre ses services au vaisseau La Méduse, de la compagnie des indes, par le nouveau gouverneur Pierre Benois Dumas qui tient à tourner une page d'histoire en mettant à mort la dernière grande figure vivante de la piraterie. Il fut donc arrêté, rapidement jugé de crime de piraterie, d'avoir commandé plusieurs vaisseaux forbans, d'avoir pris plusieurs vaisseaux appartenant au roi du Portugal, La Vierge du Cap et Ville d'Ostande, d'avoir piller et incendier un vaisseau de la Duchesse de Noailles appartenant à la Compagnie de France.

Il fut donc condamné à la pendaison jusque mort s'en suive. Après sont procès, il aurait glissé a ses gardes: "avec ce que j'ai caché ici, je pourrais acheter toute l'île » . La sentence est exécute le 7 juillet 1730 à 17h heures à Saint Paul. On lui tend une torche qu'il est censé tenir à la main en demandant pardon au roi, Olivier Levasseur dit La Buse refuse et jette à la foule un parchemin contenant un cryptogramme en hurlant "MON TRESOR A QUI SAURA LE PRENDRE !". La chasse au trésor commence...

La chasse au trésor

Depuis plus de 200 ans de recherche, le trésors de La Buse reste toujours une énigme. Une des pistes envisagée était de traduire le cryptogramme de La Buse retrouvé en 1923 par Mme Savy au Seychelles , en utilisant l'alphabet maçonnique des templiers, mais il s'avère qu'il n'a aucun sens:

Le cryptogramme :

Original du cryptogramme lancé dans la foule le jour de sa pendaison
image du cryptogramme

traduction littérale (lettre par lettre) :

aprè jmez une paire de pijon tiresket 2 doeurs sqeseaj tête cheral funekort filttinshientecu prenez une cullière de mielle ef ovtre fous en faites une ongat mettez sur ke patai de la pertotitousn vpulezolvs prenez 2 let cassé sur le chemin il faut qoe ut toit a noitie couue povr en pecger une femme dhrengt vous n ave eua vous serer la dobaucfea et pour vengraai et por epingle oueiuileturlor eiljn our la ire piter un chien tupqun lenen de la mer de bien tecjeet sur runvovl en quilnise iudf kuue femm rq i veut se faire dun hmetsedete s/u dre dans duui ooun dormir un homm r esscfvmm / pl faut n rendre udlq u un diffur qecieefurtetlesl

Interprétation :

Prenez une paire de pijon, virez les 2 coeurs...tête de cheval... une kort fil winshient écu prenez une cuillière de mielle... outre vous en faites une ongat mettez sur le passage de la... ...Prenez 2 liv cassé sur le chemin Il faut... toit à moitié couvé pour empêcher une femme... vous n'avez qu'à vous serrer la... pour veni ... épingle ...juillet... .. faire piter un chien turc un ... de la mer... bien sécher et sur ... qu'une femme qui veut se faire d'un... dans... dormir un homme ... faut en rendre... qu'un diffur…

Le texte déchiffré puis interprété est un peu plus clair mais vous pouvez constater par vous même qu'il reste vague et quelque peu incompréhensible.

Bernardin Nagéon de l'Estang, dit Butin

En 1923 Madame Savy qui possédait un terrain au bord de mer à Mahé, aux Seychelles, découvre des pierres sculpté dans l'océan sur lesquelles on pouvait distinguer des animaux gravés à la main: chiens, serpents, tortues, chevaux ainsi que des formes d'objets et d'être humains: une urne, des cœurs, une figure de jeune femme, une tête d’homme et un œil ouvert. Les sculptures de serpent et de tortue étaient fréquentes dans les environs, mais le reste pourrait mystérieusement se rattacher à l'énigme du trésor de La Buse, mais aussi étrangement à celle du trésor du pirate Bernardin Nagéon de l'Estang, dit Butin.

Bernardin Nagéon de l'Estang, sachant qu'il allait être tué, écrit un testament pour son neveu Jean Marius Nagéon de l'Estang. Il lui lègue donc un demi-terrain à rivière La Chaux au Grand-Port, île de France, et ses trésors. Les informations qu'il donne de ces trésors ressemblent également à celles de celui de La Buse. Butin cacha quatre trésor, deux ont été identifiés grâce aux initiales B.N gravé dans la roche:

  • sur l'île de France (actuelle ile Maurice) dans une caverne de la ribière La Chaux près de Mahébourg, à la pointe de Vacoas.
  • sur l'île de Rodrigues (information plus douteuse)
  • l'un des quatre trésors à été découvert en 1916 sur l'île Pampa, près de Zanzibar.

Bibique

En 1994 Bibique, apporte une nouvelle hypothèse et se rend compte qu'il y aurait un lien entre la pierre exposée dans le hall de la mairie de la Possession à la Réunion et le parchemin. Il trouve étrange que tous les "A" du cryptogramme soient de forme carré sauf trois formant un triangle et ressemblent curieusement au "A" sculpté sur la pierre. Bibique est alors convaincu qu'il suffirait de tracer une bissectrice judicieuse pour trouver l'emplacement du trésor mais encore fallait-il trouver l'emplacement original de la pierre.

Photo de la pierre exposé à la mairie de la Possession
Les "A" du parchemin

Photo de Joseph Guy Germain Tipveau, dit Bibique Joseph Guy Germain Tipveau dit Bibique Réunionnais qui est devenu emblématique grâce à ses recherches sur le trésor d'Olivier Levasseur dont il y consacra 30 ans de sa vie s'est suicidé le 31 mars 1995.

La piste la plus prometteuse :

Photo de John Cruise-Wilkins Dans les années 1950 Réginald Cruise-Wilkins (1913 - 1977) commence des recherches aux Seychelles. Après son décès, son fils John Cruise-Wilkins reprend les travaux de son père qui durent encore aujourd'hui, et d'après lui il serai sur le point de trouver le trésor de La Buse sur le site de Bel-Ombre au nord de l'île de Mahé, l'île principales des Seychelles. Mais le mystère reste toujour aujourd'hui ...